LyonJUG blog‎ > ‎

Compte-rendu de la soirée Camel

publié le 20 oct. 2010 à 09:26 par Leaders LyonJUG   [ mis à jour : 24 oct. 2010 à 11:50 ]
La soirée d'octobre du JUG était consacrée aux Enterprise Integration Patterns (ou EIP) et à Apache Camel. C'est Guillaume Nodet, membre de la fondation Apache et committer sur plusieurs projets Apache dont Camel qui nous a fait la présentation.

Tout d'abord, je dois exprimer ma déception. Nous avons eu la plus faible audience depuis le démarrage du JUG avec moins de 40 personnes. C'est vrai que les grèves et les difficultés de transport ont incité pas mal d'habitués à rentrer chez eux. Ensuite, nous sommes obligés de nous poser quelques questions quant à notre organisation. Est-ce que le sujet vous a semblé inintéressant ? Est-ce que nous n'avons pas assez communiqué sur la soirée ? Est-ce que notre façon de présenter la soirée n'était pas alléchante ? Les discussions au buffet des prochaines soirées seront des occasions de vous exprimer sur le sujet, et quelle que soit la raison, aidez-nous à progresser.

Je reviens donc à la soirée. Guillaume nous a présenté l'historique de Camel : le projet a 3 ans, ce qui est peu mais lui a déjà permis d'arriver à un bon niveau de maturation. Puis il nous a expliqué la logique d'un EIP, avec la constitution de routes entre une origine (from) et une destination (to), via un filtre. Il nous a présenté les différents types d'Endpoints (JMS, AMQP, HTTP, EJB,... et mock pour les tests), les formats de messages supportés, les formats de prédicats (XPath, OGNL, Groovy,...). Bref, Guillaume nous a exposé l'essentiel de la boite à outil de Camel. Au passage, il a insisté sur un point : si Camel peut jouer le rôle d'un ESB, il doit plutôt être vu comme un framework d'intégration.

Au delà de tous ces concepts, ce qui m'a séduit dans Camel, c'est le formalisme pour décrire les routes, en particulier avec le DSL Java. Les routes simples sont d'une lisibilité enfantine. Et pour les routes complexes, cela demande probablement un peu de pratique pour en assimiler les subtilités, mais cela semble accessible.

Dans un premier temps, l'audience écoutait très sagement. Je suppose que les personnes qui connaissaient le sujet attendaient les choses sérieuses et que les autres attendaient de voir vers où Guillaume voulait nous amener. Par la suite, les questions ont progressivement animé le débat pour mener sur des sujets que j'ai trouvés vraiment très intéressants, comme par exemple, le positionnement de Camel par rapport à JBI, Synapse, Spring Integration ou ServiceMix. Le débat a ensuite dérivé sur les modèles économiques de l'Open Source !

Au final, une très bonne présentation, très enrichissante avec un excellent orateur et quelques participants qui avaient bien affuté leurs questions. Je crois que Guillaume a réussi à contenter les novices et les utilisateurs qui ont déjà avancé sur le sujet. Seuls ceux qui veulent absolument voir du code et des démos ont peut-être été déçus. Et encore...

Le support de la présentation se trouve